Test grandeur nature à Beaumont pour un hébergement d’urgence en cas de froid extrême

  • -

Test grandeur nature à Beaumont pour un hébergement d’urgence en cas de froid extrême

Test grandeur nature à Beaumont pour un hébergement d’urgence en cas de froid extrême

Les bénévoles de la Croix-Rouge ont dressé douze tentes d’hébergement d’urgence dans le gymnase de l’Artière afin de tester le dispositif. Les élus des collectivités volontaires étaient présents.  - Photo fred marquetLes bénévoles de la Croix-Rouge ont dressé douze tentes d’hébergement d’urgence dans le gymnase de l’Artière afin de tester le dispositif. Les élus des collectivités volontaires étaient présents. – Photo fred marquet
La Croix-Rouge a testé, à Beaumont, son dispositif d’hébergement d’urgence. L’État peut faire appel à l’association dès que la température ressentie passe en dessous de – 18°.

 

Une température ressentie de – 18 ° à Clermont-Ferrand, est-ce possible ? « Oui, mais c’est rare » répond Jean-Marie Boussard à Météo France.

En corrélant températures et vitesses du vent, il a identifié quatre épisodes de ce type, d’une durée minimale de deux ou trois jours, entre 1949 et aujourd’hui. « Ils correspondent d’ailleurs à la mémoire collective, note-t-il : janvier 1985, hiver 62-63, février 1956 et février 1954 ».

1 Une nouveauté. Pour permettre de protéger une population plus exposée en cas de survenue d’un nouvel épisode, un niveau 3 (froid extrême) du plan hivernal a été créé l’an dernier. L’État est en train d’identifier des lieux d’accueil susceptibles de convenir. « Nous avons sollicité les collectivités locales » explique Bertrand Le Roy, directeur du service de la Cohésion sociale à la préfecture.
« Beaumont, Chamalières, Durtol, Aubière et le Conseil général, avec un gymnase de collège, ont répondu favorablement » en proposant des salles équipées de sanitaires (*).

2 L’alerte. Avec des prévisions météo à J – 2 ou 3, c’est la préfecture qui déclenche le niveau 3. Et mandate la Croix-Rouge pour monter la structure dans un ou plusieurs lieux adaptés et déjà identifiés. Pour être efficace le jour J, la Croix-Rouge vient de tester, à Beaumont, le montage d’un centre d’hébergement d’urgence.

3 Le repérage. Lorsque le niveau 3 est déclenché, « nous envoyons un élément léger d’évaluation et de commandement » décrit José Reis, directeur départemental de la Croix-Rouge pour l’urgence et le secourisme. Concrètement, deux personnes partent repérer les lieux et coordonner le dispositif.

4 La mise en place. La Croix-Rouge achemine le matériel : des petits lots sanitaires (brosses à dent, savons…), des sacs de couchages, des lits picots, des tentes… Tout peut être « monté » en deux ou trois heures selon le nombre de bénévoles mobilisables à ce moment-là.

7.500 € pour 50 placesLa salle est partagée en deux : une partie jour pour prendre les repas, se détendre. Un coin enfant est même prévu. Et une partie nuit, l’espace le plus grand. Là, des petites tentes de trois mètres sur trois, pouvant accueillir quatre lits chacune, sont alignées. « Elles sont séparées par de couloirs de circulation de deux mètres pour préserver l’intimité » précise Yves Gabrion, président de la délégation locale de la Croix Rouge.

5 Combien ça coûte ? 7.500 € pour 50 places, entièrement pris en charge par l’État. Auxquels il faut ajouter la mise à disposition de la salle par la collectivité. Et la nourriture, qu’il faudra acheminer par le biais d’autres associations. « Nous servirons de relais » précisent les bénévoles de la Croix-Rouge.

6 Pour qui ? Avec ses 280 places dans le Puy-de-Dôme, le plan hivernal « est adapté. Toutes les demandes d’hébergement sont satisfaites » précise Bertrand Le Roy. « Nous savons cependant que beaucoup de personnes refusent de faire appel à l’hébergement d’urgence » pointe François Saint-André, le maire de Beaumont. « Certaines préfèrent rester dans des squats plus ou moins tolérés. Les conditions de vie y sont déplorables. Pas d’eau, ni d’électricité. Par froid extrême, c’est invivable ». Pour le maire de Beaumont, « ce sont ces invisibles là que nous pouvons avoir à accueillir ».

7 Les inquiétudes. « Que faire lorsqu’il y a des chiens ? » questionne-t-il. « Nous essayons de diriger les personnes avec des animaux plutôt vers l’installation de bâtiments modulaires de la rue des Chandiots à Clermont-Ferrand » répond le directeur de la cohésion sociale.

8 L’acheminement. Le choix des gymnases tient compte des dessertes de bus. Le 115 se chargera d’orienter les gens.

(*) Des représentants de ces collectivités étaient présents lors de la visite de la structure montée à Beaumont.

425.000€

L’État finance le plan hivernal en place depuis le 1er novembre jusqu’en mars.

280 places

À Clermont : 27 rue des Chandiots, 8 à 10 places impasse des Rouges-Gorges, 13 logements HLM (50 places) et des chambres d’hôtel, 100 nuitées d’hôtel sont actuellement utilisées par l’État.

120 bénévoles

C’est le nombre de personnes mobilisables par la Croix Rouge sur le département.

3 niveaux

Niveau 1 à partir de -5° ou épisode neigeux. Niveau 2 entre – 10° et – 18°. Niveau 3 : – 18°.

Cécile Bergougnoux
cecile.bergougnoux@centrefrance.com


les dernières infos

%d blogueurs aiment cette page :