Category Archives: la presse en parle

  • -

Clermont-Ferrand, capitale française du secourisme

Clermont-Ferrand, capitale française du secourisme en 2011

Si la Croix-Rouge donne aujourd’hui rendez-vous au public dans une centaine de villes en France, Clermont-Ferrand a été décrétée ville de lancement. D’où la présence de l’ambassadrice Adriana Karembeu place de Jaude.
Vous êtes marraine de la Croix-Rouge depuis onze ans. Quel bilan personnel et associatif tirez-vous de cette expérience ?J’ai commencé en prêtant mon image de mannequin. Aujourd’hui les gens que je rencontre me parlent plus souvent de la Croix-Rouge que de mes photos. C’est une bilan vraiment positif. Ce sont 11 années pendant lesquelles j’ai rencontré beaucoup de souffrance et solitude dans les yeux des personnes que la Croix-Rouge accompagne. La souffrance est toujours présente et la rencontre avec la souffrance est quelque chose à laquelle on ne s’habitue jamais, mais ces personnes que j’ai rencontrées sont aussi des personnes formidables et courageuses tout comme les bénévoles qui sont là chaque jour pour les aider à se relever.La Journée mondiale des premiers secours s’ouvre ce samedi à Clermont-Ferrand. Qu’attendez-vous de cet événement ?La Croix-Rouge française est très connue pour l’initiation et la formation aux gestes qui sauvent et aujourd’hui nous voulons vraiment sensibiliser le public à la prévention. Pour cela nous associons aux formations aux gestes qui sauvent, des modules intégrant la prévention et la préparation aux catastrophes avec un slogan très simple : « Préparez-vous à être prêts ». Il faut savoir que toutes les 10 minutes en France, une personne meurt d’un accident cardiaque, qu’une famille sur deux est touchée chaque année par un accident domestique, que dans le monde, une personne sur deux risque d’être affectée au moins une fois dans sa vie par une catastrophe naturelle. Lorsqu’il se passe un événement traumatisant, nous pouvons tous être une victime. Mais nous sommes aussi les premiers à pouvoir intervenir en attendant l’arrivée des secours. Il faut que nous ayons les clés pour réagir le plus efficacement possible.Votre image est désormais largement associée à celle de la Croix-Rouge, laquelle semble en bénéficier en terme d’exposition médiatique. À l’origine, comment vous êtes-vous décidée à vous engager dans cette aventure ?Lorsque j’ai commencé à collaborer avec la Croix-Rouge, je prêtais surtout mon image. Mais très vite j’ai voulu me rendre utile. J’ai pu le faire au travers de la campagne de publicité autour de la quête nationale et puis en participant chaque année à la Journée mondiale des premiers secours.Aujourd’hui, je vais très régulièrement sur le terrain en France ou à l’étranger, pour rencontrer les personnes que l’association accompagne mais aussi les bénévoles qui donnent beaucoup de temps et d’énergie et que j’admire énormément.

Je participe à beaucoup d’actions sociales différentes. Je visite des foyers, des orphelinats, des délégations de la Croix-Rouge. Je soutiens aussi les actions internationales. Les médias ne sont pas toujours là mais je me rends le plus utile possible pour faire parler d’actions que l’on connaît moins bien. Même si parfois je me sens impuissante je le fais avec beaucoup d’amour et chaque fois j’apprends énormément.

Aujourd’hui, quels sont les efforts sur lesquels doit se concentrer la Croix-Rouge pour progresser auprès du grand public ?

Je ne crois pas que l’on peut ou doit parler de progression mais de société qui évolue. La précarité est de plus en plus importante, les catastrophes de plus en plus nombreuses, le rôle des associations et donc de la Croix-Rouge est de plus en plus nécessaire. Elle ne peut continuer ses actions sans les dons du public, sans l’engagement civique des citoyens et sans le dévouement de ses bénévoles.

 

Lucas Le Postec

les dernières infos