Category Archives: la presse en parle

  • -

Homère revisité dans L’Odyssée pour une tasse de thé

Homère revisité dans L’Odyssée pour une tasse de thé

Ulysse parviendra-t-il à rejoindre Pénélope?? - Amatulli Dominique

Ulysse parviendra-t-il à rejoindre Pénélope?? – Amatulli Dominique

Rire d’Ulysse au profit de la Croix-Rouge Le vendredi 31 janvier à 14 h 30 pour les seniors (participation libre) et à 20 h 30 pour le grand public (tarif : 12 €), à l’Opéra-théâtre, la compagnie Les Comédiens du Bon Théâtre présente L’Odyssée…

  • -

Initiation aux premiers secours

Initiation aux premiers secours

Les élèves de 3e ont pris conscience de l'intérêt des gestes qui peuvent sauver une vie. - Frasiak Jacques

Les élèves de 3e ont pris conscience de l’intérêt des gestes qui peuvent sauver une vie. –

Initiation aux gestes de premier secours. Collège. Une initiation aux gestes de premiers secours a été organisée au collège Sainte-Jeanne-d’Arc de Thiers, sous l’égide d’un formateur de la Croix Rouge de Clermont-Ferrand.
Frasiak Jacques

  • -

Des hommes et des femmes au service de la Croix-Rouge et de nous tous

Des hommes et des femmes au service de la Croix-Rouge et de nous tous

Damien Berthomier, 2à gauche, formateur de secouristes, surveille un exercice de brancardage. - geraldine messinaDamien Berthomier, 2à gauche, formateur de secouristes, surveille un exercice de brancardage. – geraldine messina
«Avant Adriana Karembeu (marraine de l’association), la Croix Rouge ne se montrait pas trop. Depuis nous sommes plus visibles et nos effectifs sont en constante augmentation ». José Reis, directeur départemental de la Croix-Rouge souligne le nombre croissant de bénévoles qui rejoignent les rangs de l’association que ce soit pour le secourisme, activité sans doute la plus emblématique, ou pour ses ‘uvres sociales (distribution de colis alimentaire, visite aux personnes hospitalisées ou détenues, etc). La Croix-Rouge du Puy-de-Dôme compte ainsi 77 bénévoles et a assuré l’an passé près de 130 postes de secours sur divers événements associatifs, culturels ou autres. Enfin, et alors que l’Unité locale de la Croix- Rouge de Riom avait perdu des équipiers, les dernières Rencontres associatives lui ont permis de renflouer ses rangs.
« L’engagement a toujours fait partie de ma vie »Fin septembre, début octobre ce sont trois week-ends de formation au PSE2 (Premiers secours en Équipe niveau 2) qui ont réuni au Couriat, sept secouristes déjà titulaires du PSE1 et quatre formateurs parmi lesquels, Damien Berthomier 21 ans !Élève en 3 e année de médecine à Clermont-Ferrand et originaire de Nevers, Damien Berthomier reconnaît que « l’engagement associatif à toujours fait partie de sa vie ». « Ça a toujours empli mes week-ends. J’ai commencé à l’âge de 13 ans dans une radio, comme technicien puis journaliste, et puis je suis devenu sapeur-pompier. À 17 ans, je voulais être infirmier, finalement j’ai opté pour médecine avec l’idée de poursuivre mon cursus à l’étranger ».

Avec la Croix-Rouge de Nevers, Damien a passé le PSE1, et poursuivi sa formation de secouriste chez les pompiers. Aujourd’hui il est chef d’intervention et formateur pour la Croix-Rouge. De quoi faire partager tout ce qu’il a appris au cours de ces multiples interventions et activités. Le brancardage et les diverses techniques de pliages de drap apprises à l’hôpital notamment n’ont plus de secrets pour lui.

« Avec le PSE1, la mission du secouriste est de mettre la victime en sécurité, d’observer et de transmettre les informations à un médecin qui peut être loin, explique-t-il. Nous sommes alors les yeux du médecin ». « Avec le PSE2, le secouriste est véritablement acteur des premiers secours puisqu’il est en capacité de stabiliser la victime et de la déplacer, les sapeurs-pompiers assurant le transport jusqu’à l’hôpital ».

Quant à savoir où Damien trouve le temps d’être à la fois étudiant en médecine à Clermont, pompier à Nevers et formateur secouriste de la Croix- Rouge, il répond modestement que « c’est juste une question d’organisation ».

Géraldine Messina


  • -

Révisions statutaires et élections au programme

Révisions statutaires et élections au programme

La Croix-Rouge peut compter sur ses bénévoles pour remplir ses nombreuses missions.La Croix-Rouge peut compter sur ses bénévoles pour remplir ses nombreuses missions.
Entre révision statutaire et élections, 2012 sera pour la Croix-Rouge française et la délégation de Clermont une année d’intense activité impliquant restructurations et renouvellements internes.

  • -

Test grandeur nature à Beaumont pour un hébergement d’urgence en cas de froid extrême

Test grandeur nature à Beaumont pour un hébergement d’urgence en cas de froid extrême

Les bénévoles de la Croix-Rouge ont dressé douze tentes d’hébergement d’urgence dans le gymnase de l’Artière afin de tester le dispositif. Les élus des collectivités volontaires étaient présents.  - Photo fred marquetLes bénévoles de la Croix-Rouge ont dressé douze tentes d’hébergement d’urgence dans le gymnase de l’Artière afin de tester le dispositif. Les élus des collectivités volontaires étaient présents. – Photo fred marquet
La Croix-Rouge a testé, à Beaumont, son dispositif d’hébergement d’urgence. L’État peut faire appel à l’association dès que la température ressentie passe en dessous de – 18°.

 

Une température ressentie de – 18 ° à Clermont-Ferrand, est-ce possible ? « Oui, mais c’est rare » répond Jean-Marie Boussard à Météo France.

En corrélant températures et vitesses du vent, il a identifié quatre épisodes de ce type, d’une durée minimale de deux ou trois jours, entre 1949 et aujourd’hui. « Ils correspondent d’ailleurs à la mémoire collective, note-t-il : janvier 1985, hiver 62-63, février 1956 et février 1954 ».

1 Une nouveauté. Pour permettre de protéger une population plus exposée en cas de survenue d’un nouvel épisode, un niveau 3 (froid extrême) du plan hivernal a été créé l’an dernier. L’État est en train d’identifier des lieux d’accueil susceptibles de convenir. « Nous avons sollicité les collectivités locales » explique Bertrand Le Roy, directeur du service de la Cohésion sociale à la préfecture.
« Beaumont, Chamalières, Durtol, Aubière et le Conseil général, avec un gymnase de collège, ont répondu favorablement » en proposant des salles équipées de sanitaires (*).

2 L’alerte. Avec des prévisions météo à J – 2 ou 3, c’est la préfecture qui déclenche le niveau 3. Et mandate la Croix-Rouge pour monter la structure dans un ou plusieurs lieux adaptés et déjà identifiés. Pour être efficace le jour J, la Croix-Rouge vient de tester, à Beaumont, le montage d’un centre d’hébergement d’urgence.

3 Le repérage. Lorsque le niveau 3 est déclenché, « nous envoyons un élément léger d’évaluation et de commandement » décrit José Reis, directeur départemental de la Croix-Rouge pour l’urgence et le secourisme. Concrètement, deux personnes partent repérer les lieux et coordonner le dispositif.

4 La mise en place. La Croix-Rouge achemine le matériel : des petits lots sanitaires (brosses à dent, savons…), des sacs de couchages, des lits picots, des tentes… Tout peut être « monté » en deux ou trois heures selon le nombre de bénévoles mobilisables à ce moment-là.

7.500 € pour 50 placesLa salle est partagée en deux : une partie jour pour prendre les repas, se détendre. Un coin enfant est même prévu. Et une partie nuit, l’espace le plus grand. Là, des petites tentes de trois mètres sur trois, pouvant accueillir quatre lits chacune, sont alignées. « Elles sont séparées par de couloirs de circulation de deux mètres pour préserver l’intimité » précise Yves Gabrion, président de la délégation locale de la Croix Rouge.

5 Combien ça coûte ? 7.500 € pour 50 places, entièrement pris en charge par l’État. Auxquels il faut ajouter la mise à disposition de la salle par la collectivité. Et la nourriture, qu’il faudra acheminer par le biais d’autres associations. « Nous servirons de relais » précisent les bénévoles de la Croix-Rouge.

6 Pour qui ? Avec ses 280 places dans le Puy-de-Dôme, le plan hivernal « est adapté. Toutes les demandes d’hébergement sont satisfaites » précise Bertrand Le Roy. « Nous savons cependant que beaucoup de personnes refusent de faire appel à l’hébergement d’urgence » pointe François Saint-André, le maire de Beaumont. « Certaines préfèrent rester dans des squats plus ou moins tolérés. Les conditions de vie y sont déplorables. Pas d’eau, ni d’électricité. Par froid extrême, c’est invivable ». Pour le maire de Beaumont, « ce sont ces invisibles là que nous pouvons avoir à accueillir ».

7 Les inquiétudes. « Que faire lorsqu’il y a des chiens ? » questionne-t-il. « Nous essayons de diriger les personnes avec des animaux plutôt vers l’installation de bâtiments modulaires de la rue des Chandiots à Clermont-Ferrand » répond le directeur de la cohésion sociale.

8 L’acheminement. Le choix des gymnases tient compte des dessertes de bus. Le 115 se chargera d’orienter les gens.

(*) Des représentants de ces collectivités étaient présents lors de la visite de la structure montée à Beaumont.

425.000€

L’État finance le plan hivernal en place depuis le 1er novembre jusqu’en mars.

280 places

À Clermont : 27 rue des Chandiots, 8 à 10 places impasse des Rouges-Gorges, 13 logements HLM (50 places) et des chambres d’hôtel, 100 nuitées d’hôtel sont actuellement utilisées par l’État.

120 bénévoles

C’est le nombre de personnes mobilisables par la Croix Rouge sur le département.

3 niveaux

Niveau 1 à partir de -5° ou épisode neigeux. Niveau 2 entre – 10° et – 18°. Niveau 3 : – 18°.

Cécile Bergougnoux
cecile.bergougnoux@centrefrance.com


  • -

Clermont-Ferrand, capitale française du secourisme avec Adriana

Clermont-Ferrand, capitale française du secourisme avec Adriana

Depuis ce matin, place de Jaude à Clermon-Ferrand, les tentes sont dressées et les yeux sont rivés vers l’ambassadrice de charme de la Croix-rouge française : Adriana… en vidéo !
Dix ans après, l’amour est intact entre « la vieille dame », le jadis qualificatif de la Croix-rouge, et Adriana Karembeu: à la plastique toujours superbe, le mannequin se prête encore volontiers à l’exposition médiatique comme depuis ce matin place de Jaude pour mettre en valeur ses charmes… de secouriste.Dans le train ce soirFormatrice depuis huit ans, Adriana Karembeu donne en plus toute cette journée des cours de sauvetage de vie sur la place de Jaude à Clermont-Ferrand, capitale 2011 de la Croix-rouge française après Lyon l’an passé.La vidéo est à venir mais d’ores et déjà, Adriana nous a fait une confidence : elle sera dans le train pour Paris en fin de journée et offrira volontiers des cours particuliers aux passagers du Clermont-Paris… Avis aux intéressé(e)s.

Etienne Vuillaume

les dernières infos